Portugal
La Visite du Pape

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
La visite du Pape Benoît XVI au Portugal s?est déroulée du 11 au 14 mai. Il est venu comme pèlerin à Fatima, dans le dixième anniversaire  de la Béatification de Jacinthe et Francesco Marto.
Il a traversé le pays du centre au  Nord entraînant une véritable multitude humaine. Dans la profonde crise où nous-nous trouvons, «non seulement economique, mais culturelle et spirituelle», tous nous avions besoin d?«une parole d?encouragement et de stimulation».
Mais lui aussi, au milieu de la tempête qui frappe la barque de Pierre, avait besoin de se rencontrer avec la Mère de Jésus et avoir une fois de plus la confirmation que Dieu accompagne son Eglise.
Lisbonne, Fatima et Porto ont été le scénario des «impressionnantes multitudes humaines» qui se sont mouvementées pour écouter la parole du  Pasteur universel.
Elles ont été des célébrations émouvantes d?allégresse, d?enthousiasme pour la simple présence du Pape avec son sourire ouvert et désarmant, sa parole d?espérance indiquant des voies de fidélité au Christ et d?ouverture au dialogue avec la société dans laquelle nous vivons.
A tous il a demandé d?«apprendre à rester au milieu du monde»: dans la famille, dans la culture, dans la politique, dans l?activité sociale, comme présence irradiante de perspective évangélique. Il s?est réjouit avec les jeunes Io Credo pour le témoignage qu?ils donnent au Christ.
Aux personnes de culture il a parlé de la vérité et de la beauté comme service que l?Eglise prête à la société ouvrant des horizons nouveaux de grandeur et de dignité. Aux prêtres et aux consacrés/ées il a parlé de fidélité et de loyauté dans leur propre vocation, comme disciples du Christ.
«La fidélité dans le temps est le nom de l?amour: un amour cohérent, vrai et profond au Christ». Il a demandé aux agents de la pastorale sociale de maintenir la différence dans la manière d?aller à la rencontre du besoin respectant la dignité de leur personne, défendant la vie humaine.
Il a affirmé que le service de la charité, dès les origines de l?Eglise est charisme des laïcs, de tous ceux qui ont un c?ur qui voit les nécessités et agissent en conséquence, comme le Bon Samaritain de l?Evangile,
A Porto, diocèse en mission, Benoît XVI a invité les chrétiens à «être préoccupés de ceux qui n?ont pas la foi, à donner toujours raison de leur espérance, dire pourquoi ils croient, toujours prêts à dialoguer sans rien imposer? même si nous sommes peu nombreux, nous sommes le sel de la terre».
Il a apprécié et encouragé le plan des Evêques dans l?aire de l?engagement social, dans la formation du clergé, demandant  d?être toujours plus pasteurs du peuple de Dieu. Le point culminant et but du pèlerinage a été le sanctuaire de Fatima: la prière du Rosaire dans la petite chapelle des apparitions, alors que la place était illuminée par les cierges et par la foi de 500.000 pèlerins.
Dans l?homélie du jour 13 le Saint Père nous a surpris tous, affirmant que «dans la Sainte Ecriture Dieu apparaît toujours à la recherche d?un juste pour sauver  la cité humaine, il fait la même chose ici à Fatima: le message de Fatima n?est pas encore conc lu. Nous fermons la porte, et Dieu ouvre la fenêtre du  ciel».
Et maintenant que le Pape est retourné à Rome, celui qui a le courage de l?amour peut répondre: Oui, Saint Père, le message continue aujourd?hui dans l?histoire l?éclairant, l?orientant dans les desseins de Dieu; il continue dans la petite histoire de chacun de nous, de celui qui accueille le défi d?engager sa vie pour le salut de la cité humaine.