Message final 2019

36ème Rencontre des Gouvernements Généraux de La Famille Paulinienne

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 

XXXVI RENCONTRE DES GOUVERNEMENTS GÉNÉRAUX DE LA FAMILLE PAULINIENNE

LES JEUNES, LA FOI ET LE DISCERNEMENT VOCATIONNEL
DEFIS POUR LA FAMILLE PAULINIENNE

 

Très chères soeurs et très chers frères,

en syntonie avec le chemin synodal vécu comme Église, nous, membres des Gouvernements généraux, nous croyons que «encore aujourd’hui, Dieu parle à l’Église et au monde à travers les jeunes, leur créativité et leur engagement, ainsi que leurs souffrances et leurs demandes d’aide. Avec eux, nous pouvons lire plus prophétiquement notre époque et reconnaître les signes des temps; pour cela, les jeunes sont un des “lieux théologiques” où le Seigneur nous fait connaître quelques-unes de ses attentes, quelques-uns de ses défis pour construire l’avenir» (Document final, n. 64).

Du 8 au 10 janvier 2019, nous avons entrepris un voyage surprenant. Nous nous sommes approchés des jeunes pour nous laisser contaminer par leur joie, espérance, enthousiasme, préoccupations et désir de changer le monde. Comme dans une nouvelle Pentecôte, nous avons fait l’expérience de ce processus qui se réalise graduellement, en premier lieu, en écoutant les différentes réalités des jeunes. Ainsi, comme pour les disciples d’Emmaüs, peu à peu, nos yeux se sont ouverts sur un monde fascinant, sous de nombreux aspects, inconnu et inquiétant.

Le premier pas a été l’écoute du témoignage de deux participants au Synode des Évêques sur les Jeunes. Don Rossano Sala, sdb, secrétaire spécial du Synode a partagé les échos et les provocations, fruit de son expérience synodale. C’est avant tout l’importance du silence et de l’écoute qui a émergé, qui est exigeant – «requiert humilité, patience, disponibilité à comprendre» – et qui «transforme le coeur de ceux qui le vivent» (Document final, n. 6). Mais la vraie nouveauté, c’est la “synodalité”: une manière nouvelle d’être Église et de marcher ensemble comme famille dans la diversité des membres qui la composent. Une méthode qui nous aide à construire dans la communion en passant d’une mentalité de l’office, reçu par compétence, à la disponibilité de réaliser ensemble des projets qui libèrent des énergies et de la créativité.

Don Valdir José De Castro, Supérieur général SSP nous a proposé une lecture “paulinienne” du Synode. Et nous en sommes au deuxième pas: la synodalité, qui nous aide à interpréter l’autorité comme service, à repenser la manière de comprendre et de vivre la communication non seulement comme instrument mais plutôt comme relation, communion et expérience anthropologique. Parmi les provocations lancées à la Famille paulinienne, nous accueillons la nécessité de marcher avec les jeunes, à travailler en équipes, à améliorer le rapport homme-femme, à mettre en valeur l’accompagnement et la formation, dans le signe de la différence qualitative paulinienne.

Le troisième pas nous a conduits dans une ambiance typique du monde des jeunes: le réseau. Sr Mariangela Tassielli, fsp nous a fait entrevoir cette ambiance “parallèle”, habitée par les adolescents et les jeunes. Les aspects que nous ne connaissons pas sont très nombreux. Nous ne parlons pas leur langage. En général, notre approche est inadéquate et nos propositions apostoliques ne suscitent pas d’intérêt. Il est urgent de changer, d’écouter et de marcher ensemble. Une invitation courageuse a jailli: n’ayez pas peur des jeunes, de leur protagonisme, de leurs capacités, de leurs différences et créativité. Apprenons à nous approcher des jeunes avec humilité pour les connaître et habiter cet espace et ce temps nouveaux: là aussi, on attend la Bonne Nouvelle du Royaume.

Avec le pas suivant, nous sommes allés virtuellement en France, dans une périphérie de Paris, au contexte multiculturel et multireligieux. Du film “Les Héritiers” de Marie-Castille Mention-Schaar, nous avons connu le visage inquiet de la jeunesse: un groupe d’adolescents oubliés, plongés dans une série de problématiques, fils d’une société en crise. Cependant, un groupe plein de créativité et d’espérance, capable de se transformer au moment où une figure adulte d’autorité les accompagne à trouver les motivations-clés idéales.

Le voyage continue en accueillant pour une table ronde coordonnée par don Andrea Lonardo, quatre jeunes universitaires, provenant de divers contextes religieux et culturels. Jeunes pleins de curiosités et d’inquiétudes, en quête du sens profond de la vie. Avec des parcours de foi différents mais qui partagent des idéaux et des attentes. Jeunes qui rêvent d’un monde meilleur. Ils nous interpellent sur qui nous sommes et pour qui nous sommes; sur notre manière de témoigner de la nouveauté de l’Évangile; sur les signes que nous laissons pour les aider à cheminer vers l’âge adulte.

Cette rencontre directe avec les jeunes a été intégrée par les voix et les visages de nos jeunes en formation initiale dans le monde. Avec une vidéo et la présentation des résultats du questionnaire adressé aux juniores et aux jeunes proches de nos communautés, nous avons écouté les nouvelles générations pauliniennes. Interceptant leur mentalité et leur cœur, nous avons cueilli surtout le désir de donner une contribution constructive à la mission paulinienne dans le monde. Cela nous remplit de joie et d’espérance et manifeste les richesses abondantes de notre Famille: les expériences de vie fraternelle, témoignage, sens d’appartenance, diversité culturelle, motivations, etc. Richesses qui seront approfondies, dans des formes et lieux divers, durant l’Année vocationnelle. Nous leur disons: Merci pour votre contribution constructive, dans notre rencontre annuelle!

Nous répétons que, vraiment, les jeunes sont un “lieu théologique” et qu’ils nous aident à scruter Dieu sous de nouvelles perspectives. Nous sentons la nécessité d’encourager les communautés à accueillir et écouter de plus en plus les jeunes. Interagir avec eux, pénétrer dans leur réalité, parce que «tous les jeunes, sans exception, sont dans le cœur de Dieu, donc, aussi dans le cœur de l’Église» (Document final, n. 117).

L’année commencée est une occasion d’instaurer une culture vocationnelle renouvelée dans nos communautés (cf. Document final, n. 80), selon les indications données dans la lettre des Supérieurs généraux du 20 août 2018. En syntonie avec le Centenaire du Pacte, nous sommes invités à assumer le Secret de réussite comme prière officielle de l’Année vocationnelle, dans toute sa profondeur et fécondité.

À chacune et chacun de vous, notre salutation affectueuse dans le Christ Maître.

Ariccia, 10 janvier 2019

LES PARTICIPANTS ET LES PARTICIPANTES
A LA XXXVI RENCONTRE DES GOUVERNEMENTS GENERAUX
DE LA FAMILLE PAULINIENNE

 


Allegati