Pâques 2018

Lettre de sr. Anna Maria Parenzan, Supérieure générale

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

À toutes les sœurs 

Très chères sœurs,

C’est Pâques ! Nous nous sentons invitées à nouveau dans le jardin où le Seigneur a été enseveli. Comme Marie de Magdala, écoutons sa voix qui nous appelle : nous le voyons, nous le touchons, nous voudrions le retenir alors que nous lui disons, avec un amour immense : « Rabbouni… Mon Maître ! »

Laissons-nous séduire par le visage du Maître devant lequel, à l’aube de la résurrection, Marie de Magdala s’est prostrée en adoration et a été envoyée vers ses frères, devenant ainsi la super-apôtre, l’apôtre-des-apôtres, figure de l’Église qui annonce et communique l’expérience profonde de la rencontre avec le Ressuscité : « J’ai vu le Seigneur ! »

Après l’annonce de l’ange, Marie s’était mise en route « en toute hâte » pour se rendre à la maison d’Élisabeth. De même Marie de Magdala, après avoir fait l’expérience du Christ ressuscité, se rendit « en hâte » chez les disciples pour leur annoncer ce que ses yeux ont contemplé et ses mains ont touché.

Marie est la première évangélisatrice. Marie de Magdala, le premier témoin du Ressuscité.  Marie, habitée par l’Esprit Saint, chante le Magnificat. Marie de Magdala, ayant finalement trouvé celui que son cœur aime (cf. Ct 3,3), pleine de joie court l’annoncer.

Alors que le prochain chapitre général nous invite à nous lever, à nous mettre en chemin confiantes dans la Promesse… la figure de Marie de Magdala ouvre notre cœur à une recherche toujours plus ardente du Seigneur Jésus, à une annonce joyeuse pleine d’amour et de tendresse, à une profession de foi qui devient abandon de toute notre vie en Celui qui est « Le Fidèle ».

Mes meilleurs souhaits à chacune, aux jeunes en formation, à chacun des collaborateurs et des Coopérateurs. Que nos communautés, nos centres apostoliques et nous-mêmes devenions toujours davantage des « lieux » où la beauté du Ressuscité, la force et l’énergie de la communion, l’enchantement et la fraîcheur d’une rencontre se communiquent et transforment l’existence.

Avec grande affection et reconnaissance.

Sr Anna Maria Parenzan
Supérieure générale

 


Allegati