Lettre de Noël 2017

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Très chères sœurs,

C’est Noël! La joyeuse annonce résonne : «Il vous est né aujourd’hui un Sauveur qui est le Christ Seigneur.» (Lc 2,11) Marie le dépose dans une nouvelle grotte; cette grotte, c’est notre terre, notre histoire, notre cœur. Il vient, il est le salut, l’Emanuel, le Dieu avec nous. Nous sommes cette pauvre grotte, vide et dépouillée, pourtant en elle brille une lumière resplendissante, le Christ Seigneur (cf. 2Co 4,6).

Marie et Joseph ont parcouru les routes de leur temps, ils ont expérimenté le drame du rejet : «Il n’y avait pas de place pour eux dans l’auberge.» Cette auberge qui se ferme à l’accueil est le symbole de nos sociétés d’aujourd’hui, où tant de personnes «ne trouvent pas de place» et sont blessées dans leur dignité; où tant de frères et de sœurs ne connaissent pas la lumière et la consolation de Jésus et sont privés d’un horizon de sens et de vie; où il peut nous arriver, à nous aussi, de refuser de faire de la place et de nous renfermer dans les habitudes où nous nous sentons tranquilles et en sécurité (cf. EG 49). Accueillons l’invitation à faire une place à Jésus pour devenir cette pauvre mangeoire qui reçoit gratuitement le Verbe du Père et le donne aux autres.

Dans la pauvreté de l’Enfant de Bethléem se cache l’inépuisable richesse de Dieu : «…lui qui était riche, il s’est fait pauvre pour que vous deveniez riches par sa pauvreté» (2Co 8,9). Noël pour nous est un rappel à la pauvreté évangélique, à l’humilité et à la douceur ; c’est une invitation à ressentir notre responsabilité historique et prophétique pour mettre notre vie, notre temps, nos énergies, nos talents au service de l’Évangile (cf. Const. 12) ; pour entendre le cri des pauvres et être solidaires avec eux (cf. Const. 45) ; pour déposer notre vie entre les mains du Père, en mettant toute notre confiance en Lui.

Mes meilleurs vœux à nos collaborateurs, à nos Coopérateurs et Coopératrices qui soutiennent avec enthousiasme la mission dans le monde entier. Tous mes vœux aux jeunes en formation et à nos communautés, spécialement à celles qui au cours de l’année 2017 ont été éprouvées par des calamités naturelles, par des guerres, par de fortes instabilités politiques. Mes meilleurs vœux aux sœurs âgées et malades qui, dans la souffrance, soutiennent la fécondité de la mission paulinienne.

Que les vœux pleins de tendresse que Don Alberione adressait à Maestra Tecla marquent notre Noël encore cette année : «Marie Reine et Mère nous donne aujourd’hui l’Enfant Jésus, en accomplissant son apostolat. Qu’elle le dépose entre tes bras, qu’elle le mette dans ton cœur; ne le laisse jamais plus ; porte-le chaque jour avec un amour plus grand.» (LMT 71)

Avec affection.

Sr Anna Maria Parenzan,
Supérieure générale


Allegati