Les reseaux sociaux ne soient pas toiles d’araignees mais reseaux

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Du Like à l’Amen.

Le Message pour la 53ème Journée Mondiale des Communications est une secousse qui nous invite à jeter la logique du like et à accueillir la logique de la vérité parce que a fonder la relation ce n’est pas la complaisance émotive ou idéale mais la vérité de la personne.

«Nous sommes membres les uns des autres» (Ep 4,25). Des social network communities à la communauté humaine. C’est le titre du Message 2019. Pape François met en évidence encore une fois que la communication, même celle digitale, sert pour créer relation. En réseau, quand nous postons nos contenus, sentons-nous vraiment le besoin d’entrer en relation avec l’autre ? Ou faisons tout toujours et seulement pour nous mettre en évidence ? Le Pape le dit clair : les sociaux network sont devenus beaucoup de vitrines où chacun exhibe son propre narcissisme.

Il est nécessaire de retourner à relire la signification de la parole “réseau”, parce que le web et les réseaux sociaux sont un réseau véritable. Le réseau «fonctionne grâce à la coparticipation de tous les éléments», le réseau est expression et cause de la communion. Actuellement – dit le Pape – les réseaux sociaux n’arrivent pas à être expression de communion, au lieu d’être réseau qui unit ils sont devenus toiles d’araignées qui séparent et piègent.

Les trop JE fais, JE suis, JE me montre, ont pollué la signification du Réseau-Communion. «On se définis à partir de ce qui divise plutôt que de ce qui unit, donnant espace au soupçon et au défoulement de chaque type de préjudice (ethniq1ue, sexuel, religieux, et autres). Ceci alimente un individualisme effréné. Celle qui devrait être une fenêtre sur le monde devient ainsi une vitrine dans laquelle exhiber son propre narcissisme». Il est évident que dans le cœur de la majeure partie des hommes règne une tristesse et une insatisfaction qui induisent à agir et à communiquer mal et souvent très mal.

Comme Eglise nous devons absolument nous demander : comment retrouver la vraie identité communautaire dans la conscience de la responsabilité que nous avons les uns envers les autres même dans le réseau online ? Dire la vérité, montrer la vérité, chercher la vérité et s’arrêter de mentir.

«Alors, bannissement au mensonge et dites chacun la vérité à son prochain, parce que nous sommes membres les uns des autres» (Ep 4,25). Saint Paul exhorte à enlever le mensonge de nos manières de communiquer et à assumer l’habitude de la vérité.

Les frères et sœurs d’une paroisse, les presbytres d’un diocèse, les religieux et les religieuses, dans les sociaux networks doivent s’habituer à cette logique paulinienne : «ne démentir jamais la réciproque relation de communion». En réseau, donc, nous dévons mettre en évidence la relation, l’être corps uni, et ne pas nous mettre en exposition.

Le Message se conclut mettant en évidence les positivités du réseau, des sociaux network : ils ne sont pas en effet “démons” – à éviter (comme aujourd’hui malheureusement beaucoup encore le pensent). Lisons-le avec attention ce paragraphe : «Si le réseau est utilisé comme prolongement ou comme attente de telle rencontre, alors il ne trahit pas lui-même et reste une ressource pour la communion. Si une famille utilise le réseau pour être plus reliée, pour ensuite se rencontrer à table et se regarder dans les yeux, alors c’est une ressource. Si une communauté ecclésiale coordonne sa propre activité à travers le réseau, pour ensuite célébrer l’Eucharistie ensemble, alors c’est une ressource. Si le réseau est occasion pour m’approcher à des histoires et des expériences de beauté ou de souffrance physiquement lointaines de moi, pour prier ensemble et ensemble chercher le bien dans la redécouverte de ce qui nous unit, alors c’est une ressource».

Il est vrai : Facebook et Instagram fonctionnent à like, et c’est aussi vrai que tout ce que nous postons nous le faisons pour recevoir like. Mais nous ne pouvons pas continuer à “utiliser” le réseau seulement avec cette logique (expression d’un malaise intérieur), nous devons commencer à assumer une autre logique, un autre pourquoi. Commençons à poster des contenus et photos qui disent la vérité sur nous-mêmes, sur les autres et sur le monde. Contenus et actions qui créent union, accueil de l’autre, même s’il pense autrement. Les réseaux sociaux sont nés pour mettre en relation : n’oublions pas et ne modifions pas leur “pourquoi”.

don Alessandro Palermohttps://elementidipastoraledigitale.wordpress.com/


Allegati