Deuxième Dimanche de Carême 2019

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 

Gn 15,5-12.17-18; Ps 26; Ph 3,17- 4,1; Lc 9,28-36

Rester avec Lui

Nous avions toujours lu cette page de l’Evangile dans la perspective d’une anticipation visible de la gloire de la résurrection. Cette fois je voudrais souligner un particulier, qui plusieurs fois échappe, et qui est un des pilastres sur lesquels s’appuie le chemin du Carême : la prière.

Luc place la transfiguration de Jésus après la profession de foi de Pierre et la proposition radicale et exigeante de la sequela : «Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive» (Lc 9, 23). On arrive à la gloire après avoir parcouru la même route de Jésus dans la donation de soi par amour. Il nous viendrait l’envie, après cette ardue proposition, de lever les épaules et dire : «C’est impossible !».

Jésus prend trois de ses disciples et les conduits sur une montagne pour prier, parce que la prière fait mieux comprendre la volonté de Dieu, elle ouvre le cœur à l’accueillir et à trouver le sens à donner à la vie et aux choix.

La prière transforme et transfigure. Elle transforme le cœur, la manière de voir les choses, la vie ; elle t’aide à mettre Dieu en chaque respiration de tes instants, dans les gestes de la quotidienneté, dans les paroles essentielles, dans les mains vides mais qui savent devenir riches d’accueil. La prière transfigure parce que elle te fait devenir comme Celui qui t’aime d’amour infini et à partir de ce que tu es, il place en toi toute sa confiance, il te montre la beauté de rester avec Lui.

C’est la prière qui aide chacun de nous à se transformer et à se transfigurer ; elle est ce doux canal qui te ramène sur la fréquence de Dieu, qui te fait voir comment ils sont pleins de lumière ses yeux, qui te montre le cœur même de Dieu et tu arrives à te voir là-dedans, comme trésor précieux, en sécurité et protégé. Et alors tu comprends que l’on pourra t’enlever la vie et chaque chose, mais jamais on ne pourra t’arracher du cœur de Lui.

Psaume 26

Le Seigneur est ma lumière et mon salut : de qui aurais-je peur ?
Le Seigneur est la forteresse de ma vie : devant qui tremblerais-je ?
Ecoute, Seigneur, ma voix. Par pitié, réponds-moi !
Mon cœur répète ton invitation : «Cherchez ma face !».
Je cherche ta face, Seigneur.
Ne me cache pas ta face,
N’écarte pas avec colère ton serviteur.
C’est toi mon aide, ne me quitte pas,
Ne m’abandonne pas, Dieu de mon salut.
Je suis sûr de voir les bienfaits du Seigneur au pays des vivants.
Espère dans le Seigneur, sois fort,
et prends courage, espère dans le Seigneur.

don Giovanni Di VitoCuré des Saints Erasme et Martin, Bojano (CB)

Allegati