Au Pape François tout notre amour et notre solidarité

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Rome, le 14 septembre 2018
Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix

 

Très chères sœurs,

Dans le tourbillon des nouvelles de ces dernières semaines, je vous écris avec une grande confiance pour vous recommander de réserver un accueil, généreux, affectueux, solidaire aux paroles fortes et incisives que le Pape François a adressées à toute l’Église dans la Lettre au Peuple de Dieu du 20 août dernier. Dans cette lettre, aux accents de profonde douleur, le Pape demande prière, pénitence et jeûne pour vivre la grande épreuve des abus que l’Église expérimente en chaque partie du monde.

C’est un appel vraiment prophétique à la conversion qui nous est fait. Le Pape François nous rappelle en effet que «l’ampleur et la gravité des faits exigent que nous réagissions de manière globale et communautaire».

C’est une invitation pressante: nous sommes appelées à nous mettre à genoux, à demander pardon et à ressentir de la honte «lorsque nous constatons que notre style de vie a démenti et dément ce que notre voix proclame». Comme elles sont vraies ces paroles même dans notre expérience quotidienne! Que l’Esprit nous donne de lutter chaque jour contre «tout type de corruption», de vivre en continuelle «conversion, personnelle et communautaire, qui nous conduit à regarder dans la même direction que le Seigneur, à rester où Il veut que nous soyons, à convertir notre cœur en demeurant en sa présence», à nous engager dans l’exercice de la prière et du jeûne «afin de lutter contre tout type d’abus sexuel, d’abus de pouvoir et de conscience». Ce moment de souffrance pour toute l’Église peut se transformer en grâce pour une authenticité de vie renouvelée.

Quelqu’un a écrit que, si le premier soir de son «pontificat» François s’est incliné pour recevoir la bénédiction silencieuse du peuple de Dieu, par cette Lettre il se met à genou pour demander pardon.

En tant que Congrégation, nous désirons accueillir avec une âme reconnaissante les paroles du Pape, en nous impliquant pleinement dans cette «transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin». Et nous désirons lui exprimer, du fond du cœur, notre amour, notre solidarité et notre proximité en ce moment de souffrance. «Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui» (1Co 12,26). Souffrons avec le Pape, renouvelons notre communion et notre fidélité à son magistère, appuyons de toutes nos forces, dans les dialogues et dans l’exercice de la mission, ce Projet de renouvellement de l’Église auquel il donne personnellement une grande impulsion.

Remercions ensemble le Pape François pour son magistère, fait de gestes plus que de paroles, pour le témoignage de foi, d’humilité et de simplicité, de détachement et de pauvreté qu’il nous donne continuellement. Et engageons-nous à offrir notre prière quotidienne pour lui, une prière qui monte du cœur et embrasse les nécessités du monde entier.

 

  1. Anna Maria Parenzan
    Supérieure générale
Allegati