Cherche dans le site
 Paoline (FRANÇAIS)  » Qui Sommes-Nous  » Lieux d'origine » Bra 
condividi Facebook  Twitter  Technorati  Delicious  Yahoo Bookmark  Google Bookmark  Microsoft Live  Ok Notiziestampa
Bra   versione testuale
La terre des ancêtres



Bra est une des quatre villes piémontaises qui tissent la vie, l’histoire et la vocation de Jacques Alberione.

Eglise de Saint Andrée – L’Eglise mère des Alberione
C’est dans cette église paroissiale que pour diverses générations les familiers maternels et paternels de Jacques Alberione eurent leur centre spirituel. Ici plusieurs de la famille Alberione et de la famille Allocco (le nom de la maman de Jacques) furent baptisés, célébrèrent le mariage, eurent les obsèques. En cette église se marièrent les parents et furent baptisés les trois frères aînés de Jacques  Alberione.

Sanctuaire Madonna des Fleurs – Protectrice des mères et des enfants à naître
L’église était surgie sur le lieu d’un double prodige: l’apparition de la Madonna et la floraison hors saison d’un prunus sauvage. La Madonna des Fleurs est la Vierge vénérée et priée par la famille Alberione qui expérimenta ses interventions en plusieurs occasions. Les nombreux ex voto exposés dans un couloir sur le coté gauche du vieux sanctuaire contiennent aussi un tableau votif de la famille avec l’inscription: “p.g.r. Alberione Giovanni 1898” (Pour grâce reçue Alberione Giovanni 1898). Jacques, consacré par sa mère à la Madonna des Fleurs, lui démontra toujours une “filiale confidence”. A elle, il attribua sa persévérance dans la vocation sacerdotale, après l’orageuse expulsion du séminaire de Bra en 1900. En mai 1916 Jacques y alla avec les premiers Pauliniens pour invoquer la protection de Marie sur la naissante congrégation. Remonte à ce jour-là le premier groupe photographié de l’Ecole Typographique.

Séminaire mineur – “Tout est grâce”
Dans le Séminaire de Bra Jacques Alberione passa quatre ans, du 5 octobre 1896 au 7 avril 1900, jour où le Recteur retint opportun que le garçon quitte le Séminaire pour retourner en famille. C’est celui-ci le temps de la crise, dont on ne connaît pas la cause et sa véritable entité, du jeune Jacques. Mais ce fut une crise providentielle qui prépara le jeune à une autre étape importante. En octobre 1900 il entra dans le Séminaire de Alba.